L’univers de Patrick Armand est composé de plusieurs mondes. Des objets qu’il a collectionnés au fil de ses nombreux voyages pour créer son petit monde, son petit cocon “made in passé”

Un assemblage de meubles anciens, d’objets d’antan, chargé de doux souvenirs.

Patrick Armand a décoré son intérieur de la même manière qu’il compose un bouquet de fleurs. Le célèbre fleuriste, qui n’a «pas de fleur préférée car elles sont toutes belles», a une impressionnante collection d’objets et de meubles provenant des quatre coins du monde. «Toutes les fleurs ont leur importance, il faut simplement savoir les assembler», souligne Patrick Armand. Pièce par pièce, fleur par fleur, la composition se met en place, il en va de même pour la décoration intérieure.

Un appartement cosy et chaleureux. Une collection de formes, de matières et de textures. L’appartement est à l’image de Patrick Armand : éclectique, jovial, sobre… Certains meubles viennent de son ancienne maison, des objets qui se transmettent de génération en génération. L’univers déco regarde plus que jamais vers le passé. En quittant sa maison pour s’installer dans cet appartement, le fleuriste a dû se séparer de plusieurs meubles, certains ont été vendus, d’autres donnés. «J’ai pendant de nombreuses années vécu dans une maison bordée d’une grande cour à Beau-Bassin. Les circonstances de la vie ont fait que j’ai dû déménager et trouver cet appartement. Ce lieu me correspond, je m’y sens bien. C’est calme et il est à proximité de tout. En quelques minutes à pied, je suis à Rose-Hill ou à Beau-Bassin», explique Patrick Armand. Si le bois d’époque est de couleur foncée, le fleuriste sait adoucir l’ensemble grâce à des notes neutres. Le blanc, le gris, le beige se retrouvent par petites touches exquises. On a presque l’impression que les pièces se sont assemblées toutes seules tant elles se marient parfaitement les unes aux autres.

Les meubles ont de belles histoires à raconter. Tel ce bureau sur lequel un notaire a travaillé pendant de longues heures. Retapé avec des poignées clinquantes, il a fière allure dans le vestibule.

Cette lampe aurait pu ne jamais rebriller. Elle a en effet été récupérée dans une poubelle, puis nettoyée et réparée pour retrouver une seconde vie.

À gauche, un objet qui fait naître des émotions : cette lettre adressée à la tante de Patrick Armand et datée du 20 décembre 1918. Il l’a fait encadrer et la lit de temps en temps. À droite, des artisans indiens dévoilent tout leur savoir-faire à travers ce portrait de femme exécuté sur une feuille séchée.

L’entrée de l’appartement nous fait voyager de pays en pays. La cheminée qui fonctionne toujours vient d’Australie. Les noix de coco sur les étagères sont des Seychelles tandis que l’imposante malle ainsi que la boîte superbement sculptée sont indiennes. Les sculptures en bois révélant deux têtes d’homme sont l’oeuvre d’artisans malgaches et le plateau en métal dans lequel est placée la bougie provient du Qatar. Les fauteuils sont ceux de ses parents et le tableau accroché a été peint au couteau par son oncle en 1978.

voyage-dans-temps-entree

Vue sur… l’univers de Patrick Armand. Le couloir menant à la chambre nous dévoile l’artiste qui se trouve au plus profond de lui. Il aime créer. Son monde n’est toutefois pas statique. «Je me débarrasse souvent d’objets dont je n’ai plus envie. J’aime bien aussi quand ça change.» La lumière transversale transperce la chambre pour éclairer le couloir. Le miroir réfléchit davantage cette lumière pour créer un espace dans lequel on se sent libre. La touche végétale coule de source tandis que le coco-fesse des Seychelles peint en blanc fait office de cale-porte.

voyage-dans-temps-couloir-chambre

Des matières chaudes tant au niveau du linge de lit que du papier peint étalé sur tout un pan du mur rendent la chambre cosy. Cette pièce donne un accès direct sur la petite terrasse joliment aménagée. On y retrouve quelques plantes, une table et des chaises en fer forgé blanc d’où l’on peut admirer la nature, si chère au propriétaire. La grande baie vitrée du salon procure un sentiment de liberté. Les couleurs neutres accentuent ce sentiment.

Le salon est un assemblage de matières et d’objets au charme unique. Là aussi, le voyage est au rendez-vous. Les lampes, fabriquées à partir du bois cariaté à Bali, retiennent l’attention. La table à manger et les chaises sculptées de la Compagnie des Indes, sont l’héritage de sa grand-mère. Le miroir, orné d’un superbe encadrement, a été fabriqué par les mains agiles d’artisans indiens. Les étagères accueillent des bols du Brésil et des sculptures d’Amérique du Sud. Ainsi qu’une photographie de son père Roland Armand, confortablement installé dans sa garçonnière.

voyage-dans-temps-salon

Source: Magazine Lacase No 55
Reportage – Michel Alphonse
Photos – Jean-Noël Ah Kee