La maison est placée dans un écrin de verdure. De nombreux arbres fruitiers lui procurent ombrage. Avec son architecture type d’une maison créole, toit en tôle rouge et grande varangue, elle en fait rêver plus d’un.

Entièrement rénovée, «la maison mauricienne» de Jan Couacaud, a fière allure. L’architecte d’intérieur a su redonner à cette centenaire son charme d’antan tout en y insufflant un mélange des styles très réussi.

Elle a plus de 100 ans et tient toujours robustement debout. Cette vieille bâtisse fait la fierté de Jan Couacaud. Comme on le comprend. «Cette maison de propriété», comme il se plaît à la décrire, lui permet de faire un retour aux sources après avoir passé une trentaine d’années à l’étranger, notamment en France. Cette maison chargée de souvenirs en aurait des histoires à nous raconter. C’est son charme, malgré son grand âge, qui a séduit Jan Couacaud, architecte d’intérieur et décorateur, professionnel des métiers du meuble. Avant son retour à Maurice, il s’est mis à chercher celle qui comblerait son coeur «par sa simplicité et son authenticité». Et il a fini par la trouver. C’était le coup de foudre. Depuis trois mois qu’il y vit, Jan entretient sa flamme et entoure cette maison, qui a été entièrement restaurée avant qu’il ne se l’approprie, de beaucoup d’attention.

«Elle me plaît parce qu’elle représente pour moi la vraie maison mauricienne. Je voulais d’une maison avec une varangue, un toit en tôle et un sol rouge comme ceux des maisons anciennes à l’époque où j’ai quitté Maurice», confie-t-il. Ne voulant pas la dénaturer, en l’aménageant et la décorant, Jan a gardé «cet esprit mauricien». Certaines pièces de la déco ou du mobilier viennent de Paris, d’autres ont été chinées, ici et là, à Maurice. Notamment ces lits convertis en divans qu’il a placés sous la varangue. «On est sur une île et on vit beaucoup dehors. Je trouve que les lits sont parfaits pour une varangue puisqu’ils la rendent plus confortable», poursuit-il.

Sur la côte Est, Jan a trouvé la maison qui lui correspond, esthétique avec de beaux volumes. Désormais chez lui, celui qui a pendant 15 ans collaboré avec Philippe Starck en édition de meubles, apprécie ce mélange d’influences. Et il espère ainsi retrouver «une simplicité qu’on a perdue au fil du temps et qu’il est temps de réaffirmer aujourd’hui.»

La varangue s’étend sur deux côtés de la maison. Sa toiture rouge, si emblématique, a une double fonction : réduire la chaleur et décorer. Une manière ingénieuse de joindre l’utile à l’agréable.

The anthuriums bring back memories. Subtly displayed on the windowsill, letting in the light, these garden beauties which once adorned the gardens are now considered as interior design items. The antique chairs dating back to the East Indian Indian Companies period contribute to the charming atmosphere of the old times.
The transparent vases bring freshness both inside and outside the house. The glass, which let in and reflects light, is a major factor to be considered in interior design.
Nothing better than the white colour to bring a feeling of freedom and calmness. The deckchairs made of rattan and logs serving as a coffee table are perfect to fully enjoy the outdoors.
Playing on shades and light, these glass balls, looking like fishermen’s floaters, harmonise with the yellow candle holders. Everything is bathed in the brightness coming from the window for a cosy and refined look.

Cette pièce s’habille de charme et nous raconte son vécu. Le sol, à lui seul, parle de toute sa force. Des objets africains tels que cette chaise à l’assise fabriquée en nerfs de boeuf côtoie celle de Bertjan Pot, designer néerlandais ou les fauteuils dessinés par l’Italien Antonio Citterio. Le guéridon en acajou de Christophe Pillet témoigne de la recherche du raffinement et de la simplicité. Un salon où le sophistiqué se marie au style ethnique.

Jan Couacaud a ramené beaucoup d’objets qui lui sont chers d’Afrique du Sud, pays où il a également vécu. Les petites tables d’appoint véhiculent l’âme africaine. La tête de taureau en papier illumine le salon. Pour une ambiance cosy, le divan immaculé orné de coussins invite à la détente et à la convivialité. Un contraste noir et blanc du plus bel effet. Au mur, deux tableaux de Chazal offerts par sa mère, un tableau du campement Ravenal à Rivière-Noire exécuté par son frère Stéphane et où la famille a résidé, ainsi que quelques gravures de l’île Maurice.

"LE BLANC ILLUMINE ET MET EN LUMIÈRE LA DÉCO ALENTOUR”

Il adore le blanc et les couleurs neutres. Une petite touche de couleur, comme le rouge si évocateur du sol qui lui rappelle son enfance, lui suffit. Les draps, les oreillers et les murs blancs ne confèrent nullement aux chambres un aspect clinique. Au contraire, ils lui donnent un certain charme et mettent en lumière la déco alentour.

Les oeuvres d’art font chavirer le coeur de Jan Couacaud. Au mur, on peut admirer les tableaux du peintre marocain L. Khattaf, du graphiste américain Marc Atlan ou une photo de Jean Baptiste Mondino. Le propriétaire des lieux ne s’encombre pas de choses superflues mais s’épanouit avec l’essentiel.
La petite lampe de Paris sur la table de chevet témoigne de son amour pour les choses simples mais belles.

Pourquoi en mettre un seul quand on peut en disposer plusieurs ? L’idée de Jan Couacaud est de faire un patchwork avec des miroirs de différentes tailles et à l’encadrement doré qui fait ressortir le blanc des murs. Un jeu graphique qui attire le regard et qui séduit. Les luminaires optimisent l’éclairage des miroirs. La passion de Jan pour le blanc est notée également dans la salle de bains aux murs, lavabos et carré de douche immaculés. Le lampion termine la déco pour une lumière douce. L’espace épuré et lumineux fait preuve de créativité.

Transforming an old table made for the dining room into an office desk. The idea is clever and brings a premium feature. Combining charm of the past and warmth of wood with steel creates a unique design. The blend of textures and different periods provides a harmonious work environment.
Practical and functional, this kitchen made of simple materials, has never before shone as much. This feeling of old times comes at the right moment.
The old kitchen is as young and fresh as ever. Its old style imposes its own atmosphere with a rustic and chic spirit.
The chair of the designer and architect Enzo Mari is striking. He has brought a small revolution in the world of design by proposing functional and esthetic items that you can assemble on your own with simple materials. This communist is an iconic DIY designer.

Source: Magazine Lacase No 49
Reportage | Michel ALPHONSE
Photos | Jean-Noël AH KEE et Kevin Memraj MAHADOO