De nos jours, les légumes bio sont de plus en plus prisés pour leurs vertus et leurs saveurs exquises. Malheureusement, consommer bio n’est pas donné ; ça coûte cher ! La solution : cultiver ses propres légumes dans son potager. Même si vous pensez ne pas avoir la main verte, c’est possible ! Incursion dans l’univers de la culture bio avec Laurent Fontanaud-Fontaine, directeur  de l’École Paysanne à la Réunion et membre  de l’ONG Terra Habilis Océan Indien, qui nous dévoile tout sur le sujet.Découvrez toute suite les 6 étapes de l’expert pour savoir comment cultiver bio chez soi.

Laurent Fontanaud-Fontaine de l’ONG Terra Habilis Océan Indien en compagnie d'Angel Angoh de Carpe Diem.

Comment créer un potager bio chez soi ?

1. Choisir l’endroit
Tout d’abord, il faut choisir l’endroit idéal dans votre jardin. Notez que l’endroit doit avoir au moins 50% de lumière naturelle et devra être arboré. Donc, il ne doit pas être en plein ombre, ni en plein soleil car cela risque de brûler le sol ainsi que les plantes. Il doit aussi être protégé du vent pour éviter que la terre s’envole. De plus, le potager ne doit pas être exposé aux grosses averses car trop d’eau peut laver le sol des éléments nutritifs. Donc, le mieux serait de couvrir la terre avec de la paille ou des feuilles.

2. Préparer sa terre
Ensuite, il faut préparer sa terre, le substrat qui va servir de support pour vos plantes. La terre doit être drainante, mais pas trop, car elle doit toujours pouvoir retenir de l’eau, et être bien aérée. Pour ce faire, prenez de la terre normale et si elle est collante lorsqu’elle est humide, bien mélangez avec du sable sans sel (1/3 de la quantité de la terre). Pour les endroits secs, formez une cuvette avec la terre pour qu’elle retienne l’eau. Pour les endroits humides, faites des buttes pour mieux drainer l’eau.

Dubreuil, Curepipe.

3. Faire son compost
Le compost apporte des nutriments aux plantes ainsi que des organismes bénéfiques à la terre. Faites votre compost en réservant un endroit isolé pour recycler vos déchets organiques, à l’ombre. Ne le couvrez jamais avec du plastique ou de la tôle, préférez une couverture végétale. Procédez comme pour un millefeuille : une couche de végétaux vert, une couche de végétaux sec, une couche de fumier et on recommence ! N’oubliez pas de le mouiller de temps en temps pour maintenir son humidité, juste ce qu’il faut, un peu comme une éponge essorée. Tous les 10 jours retournez le. Fermentez votre compost pendant 30 à 40 jours. Il doit être froid au moment de l’usage, c’est-à-dire que la fermentation doit être déjà stoppée.

4. Choisir ces graines
Le secret d’une culture bio réussie, ce sont les graines locales adaptées à notre climat tropical. Les salades par exemple poussent dans un climat tempéré et souvent les semences sont hybrides, c’est à dire qu’au deuxième semis le rendement baisse de 30% et ainsi de suite, sans parler du prix exorbitant ! Donc, il est plus difficile de trouver les graines car ils ne sont pas originaires de notre pays.

Alors, favorisez les légumes que l’on mange traditionnellement à Maurice. Laurent Fontanaud Fontaine propose ci-dessous une liste des plantes qui poussent facilement dans notre île :

  •        Les plantes aromatiques : coriandre, basilic, thym, ciboulette, persil, sauge, romarin…
  •        Légumes feuilles : les brèdes : brèdes ‘chouchou’, les épinards, les choux…
  •        Légumes racines: radis, patate douce, arouille, conflore, manioc…
  •        Légumes fruits : concombre, piment, bananiers, fruit à pain, margose, calebasse, pâtisson, giraumon, les haricots comme embrevades, pois de terre, les petits pois…
  •        Céréales:  maïs…

4. La semence

Pour semer, Laurent nous propose la technique du semis direct. Introduire directement les graines dans la terre. Si vous êtes débutants, il est conseillé de commencer avec les herbes aromatiques qui sont plus simples à cultiver.

Planter des herbes aromatiques
Prenez un petit bâton en bois et faites des trous d’environ 0.5 cm de profondeur avec un espace de 20 cm entre chaque trou dans une terre bien fine et sans gros morceaux. Mettez 2 graines par trou. Prenez de la terre avec vos mains, rebouchez tout doucement sans appuyer.

Planter des radis
Pour des radis, procédez avec la méthode du semis en ligne. Elle est plus ordonnée et laisse de la place entre les allées. Tracez une ligne dans la plate-bande avec votre bâton d’environ 0.5 cm de profondeur et un espace de 20 cm entre chaque ligne. Mettez les graines et rebouchez avec de la terre en utilisant vos mains, comme pour les herbes aromatiques.

Planter des maïs avec des haricots
Pour ces légumes, l’idéal est la culture associée. Faites des trous de 10 cm de diamètre, de 5 cm de profondeur et espacés de 20 cm. Mettez deux graines de maïs et deux graines d’haricot par trou. Rebouchez en utilisant la même méthode avec de la terre en main.

5. Arroser finement
Utilisez un arrosoir avec des trous très fins pour un arrosage léger. Arrosez 1 à 2 fois par semaine, surtout les 10 premiers jours. Il est préférable de se servir de l’eau à une température ambiante. L’eau de pluie, par exemple, est parfaite. Recueillez de l’eau de pluie pour votre arrosage, c’est un excellent moyen de limiter la consommation d’eau chez soi.

Conseil de pro : n’arrosez pas après 16hr, cela pourrait engendrer la formation de champignons pathogènes.

6. Créer un écosystème
Il est important de créer un milieu semblable à un micro-écosystème dans son jardin. Cela peut être sous la forme d’un petit bassin ou un tas de pailles désordonnées. Laissez aussi des feuilles et des rochers au sol pour les insectes. L’idée est de laisser le plus de place possible à la nature dans votre jardin. Ne chassez pas les grenouilles, les crapauds, les lézards et les coccinelles ; ils peuvent vous débarrasser des insectes nuisibles.

Comment protéger vos légumes sans produits chimiques ?
Avant de penser à se protéger contre les nuisibles, il faut s’auto-protéger. Il vaut mieux prévenir que guérir ! Plantez vos légumes au bon moment. Un légume de saison est un légume fort. Sachez qu’il y a des méthodes naturelles pour éliminer les ravageurs de plantes : en hiver, ils sont moins actifs, donc nous pouvons mieux les combattre. Pour éliminer les mouches des fruits et des légumes qui causent beaucoup de dégâts, ramasser ceux qui sont pourris par terre pour empêcher aux mouches d’éclore. Avant de s’attaquer aux nuisibles, assurez-vous que ce soit bien des nuisibles. Ne confondez pas une larve de coccinelle avec un puceron. Faites confiance aux ‘bons’ insectes pour vous aider. La nature contient des remèdes, lâchez prise et laissez faire !

Reportage par: Caroline Maurer